Libération des traumatismes inconscients

PARTAGEZ

Nous avons tous subi à un moment ou un autre, très souvent dans la petite enfance, des traumatismes par le biais de nos éducateurs.
Sur le moment cela semble anodin pour tout le monde, sauf, qu’intérieurement des mémoires se sont ancrées dans le corps afin de pouvoir ensuite se protéger dès qu’une situation plus ou moins similaires réapparaît dans la vie, déclenchant des peurs, des phobies, etc…
Bonne nouvelle : nous pouvons nous en débarrasser sans pour autant revivre la situation initiale….


C’est via le cerveau reptilien que l’instinct de survie va se manifester dans certaines parties du corps par pure protection.
Nous pouvons aller visiter ces traumatismes qui se manifestent via une hyper-activité qui se met en place pour des situations parfois, somme toute, banales.

En fait, dès qu’un élément de la situation initiale apparaît, le cerveau reptilien qui a enregistré toutes les données à l’instant du traumatisme (couleur, saison, odeur, personnes, mots, etc..) va donner l’alerte via le corps : ATTENTION DANGER !

Car à l’époque du traumatisme, cela a été réceptionné tellement violemment que l’enfant ou la personne a cru mourir et il y a eu forcément une perte de conscience, qui n’a pu durer qu’une fraction de seconde d’ailleurs, mais qui a suffi à faire croire que c’était la mort.

En revisitant le traumatisme, non pas par la situation initiale mais par le codant, c’est à dire ce qui déclenche les sensations dans le corps, nous allons pouvoir dégager les mémoires cellulaires ancrées et rassurer le reptilien en lui montrant que nous sommes toujours en vie malgré le fait de revivre physiquement ce fameux traumatisme.

Une fois le reptilien calmé, les portes s’ouvrent car la protection n’a plus lieu d’être et c’est ainsi que nous pouvons aller visiter le cerveau limbique, juste au-dessus, qui gardent les mémoires émotionnelles.
Nous visitons les parts qui veulent bien se montrer et nous allons les écouter, les choyer, les rassurer à leur tour.

Une fois l’émotionnel calmé, nous allons encore un peu plus haut, au niveau du cortex, pour lui expliquer tout ce qui a été fait, pourquoi et comment et ce qui va continuer d’être dans les prochains jours, semaines, mois, …

Ainsi via les 3 parties du cerveau, nous avons libéré en totalité une grande partie du traumatisme, voire plus, car en observant notre vie, nous voyons qu’il y a des changements dans d’autres situations par effet papillon… très certainement provenant des mêmes mémoires de bases.

La plupart du temps les gens qui viennent dans mes séances me disent en final qu’ils sont « vidés ».
C’est une expression qui veut bien dire ce qu’elle veut dire, car ils se sont bel et bien libérés d’un fardeau qu’ils traînaient depuis longtemps et s’allègent d’un coup.

Oui, nous pouvons nous libérer de nos mémoires cellulaires traumatiques même inconscientes.
Parfois une séance suffit, parfois il en faut plus.
Tout dépend de la facilité de lâcher-prise au niveau du reptilien qui est résistant car c’est une question de vie ou de mort pour lui alors que pour le reste l’accompagnement paraît plus simple et plus doux.
Nous avons beaucoup plus l’habitude d’écouter nos émotions que notre corps dans notre société.

Ceux qui sont déjà venus en séance ne le regrettent pas, ils revivent pour employer leurs propres mots.

Il y a même une personne qui, en fin de séance, m’a dit : »j’ai l’impression d’être redevenu un bébé tellement je me sens léger et libre »

C’est une bonne nouvelle ne trouvez-vous pas?

Essayez et vous verrez !

A très bientôt,
Lysiane

Print Friendly

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

CommentLuv badge