Réflexions : la valeur de l’inutilité – Lao Tsé

PARTAGEZ

155775_510009032380527_1041742915_nBonjour à tous, je reprends mon fil rouge intitulé : « Réflexions », que j’ai lâché depuis un petit temps…
Pour ceux qui me rejoignent, cette série d’articles « réflexions » est une expression personnelle de mes ressentis, mes expériences ou mes pensées que j’exprime ouvertement et qui pourront, peut-être, amenés à un cheminement personnel du lecteur, une orientation, un amusement, ou tout autre chose…

Aujourd’hui je vais vous parler de l’intérêt d’être Inutile… oui, oui, vous avez bien lu, je ne me trompe pas de mot. Je m’explique :

Il est des matins où, après ma méditation quotidienne avant de partir pour le travail, il me vient l’envie subite de tirer une carte dans un de mes différents jeux, pour différentes raisons :

– cette carte peut exprimer la vibration du jour
– cette carte peut exprimer l’action du jour
– cette carte peut répondre à une interrogation en cours
– etc.., etc..

Aujourd’hui elle a éclairé ma vision, elle a ouvert mon ETRE sur un problème qui me pèse (sans que je ne m’en sois rendu compte vraiment du sens profond de ce « mal être » actuel) et qui fait écho à ce que je vis depuis un certain temps dans toutes mes activités… un vrai régal, un bonheur comme la vie sait nous les apporter, une révélation et surtout cela commence par une histoire à vous raconter …

Avant de vous racontez mon histoire, je vous explique le contexte, à quel endroit de mon cheminement je me trouvais.

Donc, depuis quelques temps, à la place de la paix profonde,( j’ai envie de dire « ordinaire » que je vis habituellement), j’exprimais en moi un doute, une anxiété, je n’arrive pas trop à décrire ce que je ressens, peut-être plus un désaccord, se traduisant par un épuisement total physique et mental, bref, une souffrance quoi qu’il en soit, qui fut jusqu’à me procurer un avertissement physique (grosse infection urinaire qui remontait dans les reins).
Il y avait forcément quelque chose à comprendre, et prenant mon livre des maux et maladies j’ai compris qu’il y avait rétension en moi, quelque chose que je devais lâcher et tant que je ne comprendrai pas ce que c’est, je ne me libèrerai pas.
Ce week-end, j’étais en formation personnelle, donc je me relâche, je n’ai plus la pression du travail, du boss et des collègues qui comptent sur moi et m’inondent de tâches lourdes, je suis enfin dans mon élément avec des gens qui sont aussi dans ce même cheminement, donc tout va bien.

Eh bien …. NON !

Une formatrice magnifique, adorable, mais au caractère bien trempé, me reçoit et me forme avec toute sa fougue, tout son tempérament, c’est une personne qui ne mâche pas ses mots et qui rentre dans le vif du sujet immédiatement et comme elle est dans un ressenti profond et intense, elle me balance des mots abrupts, directs….
Un être en harmonie et équilibré resterait centré et concentré, prendrait ces mots pour un cadeau, une leçon, eh bien moi  à la place de cela, j’ai fondu en larmes car une énorme tristesse s’est abattue sur tout mon ETRE, je me suis sentie agressée, violentée, terriblement et profondément en peine.

Quelle belle leçon : MERCI, MERCI, MERCI !!!! :heart:

Eh oui, ça me faisait mal là où il y a actuellement à travailler car je n’aurais pas du avoir cette réaction, j’aurais du, normalement, recevoir et non pas subir, c’était une évidence, il me fallait cette secousse pour me rendre compte que j’avais à lâcher quelque chose.

Donc ce matin, inopinément, après ma méditation quotidienne, je m’approche du tiroir où se trouve mes jeux de cartes et voici ce que je tire :

LE TAROT DE LA TRANSFORMATION de OSHO

la carte tirée : N° 10 – La Valeur  (Sur les vertus de l’Inutilité)

Chaque carte a sa signification  et est agrémentée d’une histoire pour la comprendre, je vais commencer par l’histoire :) :

923332_468148419922742_281976365_n« Lao Tsé voyageait avec ses disciples quand ils arrivèrent dans une forêt où des centaines de bûcherons abattaient des arbres, pour la construction d’un immense palais. la quasi-totalité de la forêt avait été détruite, excepté un très grand arbre aux branches innombrables, si vaste que dix mille personnes auraient pu s’asseoir sous son ombrage. Lao Tsé demanda à ses disciples d’aller voir pour quelle raison cet arbre avait été épargné, alors que la forêt entière avait été abattue et abandonnée.
Les disciples demandèrent aux bûcherons : « Pourquoi n’avez-vous pas coupé cet arbre? » Ceux-ci répondirent : « Cet arbre est totalement inutile. on ne peut rien en tirer car ses branches ont trop de noeuds et sont toutes tordues. On ne peut en faire ni des piliers, ni des meubles. On ne peut pas non plus s’en servir de combustibles car sa fumée est trop dangereuse pour les yeux, elle pourrait vous rendre aveugle. Cet arbre est absolument inexploitable, voila pourquoi. »
Ils s’en retournèrent.  Lao Tsé se mit à rire. Il leur dit : « Soyez comme cet arbre. Si vous voulez survivre dans ce monde, soyez comme cet arbre, absolument sans valeur ; ainsi personne ne vous fera de mal. si vous êtes utile, vous serez abattu et transformé en meuble. Si vous êtes beau, vous deviendrez un produit à vendre sur la place du marché. Soyez comme cet arbre, absolumen inutilisable. Alors personne ne vous fera de mal et vous deviendrez grand et fort et des milliers de gens s’abriteront auprès de vous. »

La logique de Lao Tsé différe de la vôtre. Il affirme : « Soyez le dernier. traversez la vie comme si vous n’existiez pas. Restez anonyme. ne soyez pas compétitif, ne cherchez pas à être le premier ni à prouver votre valeur, ça ne sert à rien. restez inutile et passez un bon moment. »

Bien sûr ce n’est pas évident. mais si vous le comprenez bien, vous réaliserez qu’il est au fons, très réaliste, parce que la vie est là pour être appréciée et réverée, elle ne doit pas être considérée comme une commodité. La vie ressemble plus à de la poésie qu’à une denrée commerciale ; ce devrait être une poésie, un chant, une danse.

Selon Lao Tsé en essayant d’être très habile, en essayant  de vous rendre utile, vous serez utilisé. Si vous tentez d’être très pragmatique, vous finirez par être exploité, parce que le monde ne peut laisser tranquille celui qui se rend nécessaire. Lao Tsé suggère donc d’abandonner cette forme de pensée.
Restez vrai envers vous- même. Si vous voulez devenir poésie, extase, alors oubliez l’esprit utilitaire.

Voici la signification de la carte :

Ne vous souciez pas des objectifs à caractère utilitaire. rappelez vous constamment que vous n’êtes pas ici, dans cette vie, pour devenir une commodité. Vous n’êtes pas ici pour vous transformez en une utilité, ce qui manquerait de noblesse. Vous n’êtes pas ici pour devenir de plus en plus efficace, mais pour devenir de plus en plus vivant ; vous êtes ici pour devenir de plus en plus intelligent ; vous êtes ici pour devenir de plus en plus heureux, heureux et extatique.

 

 

La leçon que j’en ai tiré :

cette carte est la juste réponse à ce que je suis en train de vivre.
Cette carte me dit :

– tu es en train de te perdre en voulant donner aux autres
– tu dois te centrer sur toi-même
– tu vis TA vie, c’est ton bonheur avant toute chose
– tu dois penser à TOI en priorité

Non ce n’est pas de l’égoïsme, bien au contraire. Lorsque notre âme décide de venir sur cette terre c’est bien pour faire sa propre expérience, pour pouvoir élever sa conscience à un niveau supérieur, c’est ce que j’explique dans mon article « Qui sommes-nous? » .
La vie est faite pour nous trouver personnellement, pas pour trouver les autres, nous venons pour faire notre propre mission, pas celle des autres.
Notre mission se fera d’abord pour nous, pour notre bien-être, d’ailleurs quand nous l’avons trouvée, quelle joie de la réaliser, mais cette joie nous est propre, parce qu’elle nous correspond, pas forcément à notre voisin, voire même à nos parents parfois, c’est cela qu’il est important de comprendre, ne nous éparpillons pas pour les autres, mais écoutons-nous.


Si votre meilleur ami, votre mère, votre frère, votre patron qui que ce soit de proche vous dicte ce qui est bon pour vous ou bien, n’est pas en accord avec ce que vous faites et qui pourtant vous procure du bien-être, qui devez-vous écouter?

Si vous vous réalisez pleinement et personnellement, les autres auront les bénéfices de votre état de grâce, car ceux qui ont besoin de vous viendront à vous, et non pas l’inverse.

J’ai décidé à la rentrée de faire des ateliers de développement personnel et de développer mon activité concernant les soins énergétiques.

Au début, je me suis dit que c’était une belle mission parce que je me sentais utile au bien-être des autres… eh oui … UTILE au bien-être DES AUTRES. Chercher l’erreur????

Aujourd’hui je dis : je réalise ma mission dans ce domaine car ça me fait un bien fou à moi-même, mon âme vibre quand je donne les soins, quand je fais mes ateliers et que je suis au contact de l’autre qui m’apporte autant que je peux lui apporter, car ce que je fais c’est un partage pour me sentir encore plus vivant, et l’autre ne vient pas pour moi, mais pour LUI, pourqu’IL se sente bien.

EUREKA ! Je me suis retrouvée :yes: 

Mais en regardant autour de moi, je me suis aperçue que j’étais entourée de gens « utiles », qui se perdent dans le bon vouloir de l’autre et qui n’est pas plus considéré, bien au contraire…

Dans tous les domaines il en est ainsi.
En couple, si vous voulez rendre heureux l’autre, soyez-le d’abord pour vous-même, c’est votre propre bonheur que vous trouvez grâce à la présence, à la vibration partagée de l’autre qui vous fera rayonner et par effet miroir retournera à votre conjoint(e) qui non seulement, sera heureux pour lui-même mais cette joie personnelle vous unira car vous comblerez chacun VOS propres besoins sans rien attendre de l’autre. :inlove:

1010377_617083011658864_812827878_nLa communion et l’élévation de l’humanité ne peut se construire que par la conscience individuelle et l’éveil personnel.
Ce qui est bon pour soi fera rayonnance envers ceux qui se reconnaîtront dans cette même rayonnance.
C’est pourquoi si vous êtes Directeur, Responsable, Ministre, Maître en n’importe quelle discipline ou simplement spécialiste dans votre domaine, il faut savoir garder l’humilité de ne pas se sentir investi d’un savoir absolu dans son activité, même s’il est de très haut niveau ; si une personne vient vous dire que vous n’êtes pas à la hauteur de ses espérances, que vous ne faites pas les choses comme vous le devriez car ça ne lui apporte rien ni à lui ni à son entrourage, au lieu de lui prouver par A+B qu’aux vues de votre titre  et de vos résultats vous êtes le mieux placé pour parler des compétences mises en accusation, voici ce que je répondrai dorénavant :
« Ce que je fais, ce que je sais m’appartiens, cela me correspond et correspond à ceux qui viennent à moi et qui en dégagent du bénéfice, je ne me remettrai donc pas en cause, par contre, si une personne vient à moi et n’approuve pas ou ne trouve pas son bien-être, alors il faut passer son chemin, il faut aller voir une autre personne qui assouvira les besoins par d’autres méthodes même si la thématique reste la même, il n’y a rien à prouver à qui que ce soit, juste à écouter ce qui est juste et bon.


L’autre viendra et trouvera l’apaisement, ou l’autre passera son chemin car il s’est trompé de route, car vous n’êtes pas utile à l’autre, vous êtes juste celui qui éclaire sa propre route et fait profiter de son faisceau lumineux à celui qui est en train de cheminer à vos côtés, au même rythme.
Si le rythme de l’un ou de l’autre change, le faisceau ne sera pas assez puissant pour éclairer les deux. 
 :sun:

Comme habituellement, vous pouvez me laisser vos commentaires ci-dessous, après les commentaires des réseaux sociaux, pour me dire ce que vous-mêmes vous en pensez.

 

Je rappelle que lorsque les commentaires deviennent conséquents, il est préférable de cliquer dans l’onglet en haut à droite noté « commentaires » afin d’accéder à la page complète.

 

Print Friendly

Comments

comments

11 réflexions au sujet de « Réflexions : la valeur de l’inutilité – Lao Tsé »

  1. Waooo!

    Un pavé dans la mare Lysiane, avec une histoire vraie, la tienne, et une métaphore qui me remue, sur l’arbre inutile…

    Oui, 3 fois oui, en effet, cela peut devenir un poids, un calvaire de vouloir être absolument utile, et d’en oublier son propre bonheur, ce qui nous fait vibrer!

    Je vais te relire encore demain, et méditer là-dessus en profondeur…il y aurait comme un grand soulagement derrière cette « autorisation » à quitter le manteau illusoire d’être utile…pour entrer dans l’être….extatique!

    Belle nuit de pleine lune…

    ;)
    Cathy Articles récents…Comment se faire obéir…Etes-vous sûr de poser la bonne question?My Profile

    • Hello Cathy,

      je te réponds un peu tardivement car je reviens de Toulouse où j’ai passé une brève semaine à déménager ma fille, je me suis rendue « utile » mais quand on est une maman, ce n’est plus de l’utilité dont nous parlons.

      Oui un pavé dans la mare c’est exact, une autre façon de voir les choses, un égo que l’on remet à sa juste place, car en fait se sentir utile pour les autres, n’est-ce pas s’ennorgueillir inconsciemment?
      N’est-ce pas faire plaisir à son égo qui se sent soudainement indispensable et flatté d’apporter aux autres? Alors que bien souvent il n’est même pas capable de résoudre ses propres besoins?

      Aimons-nous, apportons-nous ce dont nous avons besoin avant toute chose et remettons-nous surtout, à notre juste place, ainsi nous serons utiles de la meilleure façon qu’il soit, juste avec ce que nous sommes, pas plus, pas moins, les autres y trouveront ce qu’ils y ont à trouver, et nous-mêmes seront dans le juste équilibre de ce qui nous convient.

      Je m’en vais reprendre ma prose sur ce blog, après cet arrêt momentané.
      A très vite Cathy.
      Lysiane

  2. Bonjour Lysiane,

    Quelle belle réflexion, je me suis souvent cette même question;
    a quoi je sers, j’aurai du dire qui je sers.

    On ne sert à rien, je suis bien d’accord et on ne sert que soi.

    Chercher à convaincre est peine perdu, tout est question de résonnance, de vibration et l’on attire à soi ceux qui nous ressemble.

    Quand on dit ; « on est sur la même longueur d’onde », on imagine pas à quel point c’est profond.

    Alors laisse moi te dire que je reçois ton onde, on écoute la même fréquence, alors soyons les animateurs de notre propre émission.

    Bye! jeune fille
    Enzo Ventura Articles récents…Le secret est vibration, le subconscient est l’emetteurMy Profile

    • Re-coucou Enzo,

      oui cette réflexion je l’ai depuis longtemps mais parfois il est bon de remettre les choses à leur place car il est tellement facile de se laisser emporter par le tourbillon du rythme fou de la vie et des autres qui nous entraînent là où il n’y a pas de raison d’être.
      La longueur d’onde en dit plus encore quand on sait comment celles-ci se propagent, je viens de voir une vidéo d’une musique mise en image, où l’on voit l’impacte des ondes c’est magnifique, je pense que je vais la partager sur ma page.

      Merci pour le « jeune fille » mais ne dit-on pas qu’en vieillissant nous retombons en enfance?
      A très vite Enzo car il me plaît toujours d’échanger avec mes amis de :heart: qui raisonnent tellement sur ma fréquence d’amour.

      Je t’envoie une pluie rafraîchissante de lumière :rainbow:
      A bientôt,
      Lysiane

  3. Coucou Lys,
    Je te suis à 100%, vive l’inutilité!
    J’ai connu cela car la maladie est un chemin d’humilité, on y apprend à ne plus être attendu, à devenir totalement en marge donc inutile, et c’est pas facile à vivre au début…
    Cette phrase de Guy Corneau m’a aidé à bien le vivre:
    « Il faut abandonner toute prétention à être qui que ce
    soit… et parfois, dans le plaisir de n’être rien, on
    ressent la joie pure d’exister, qui est une ivresse, un
    nectar divin ».
    C’est marrant, mon beau-frère m’a fait découvrir ce jeu de tarot d’Osho justement cet été, j’avais tiré le (?) de cristal, et c’était une très bonne lame en tout cas. Pour ma part, je tire les tarots de Marseille depuis longtemps, esentiellement quand j’ai un choix à faire et que je n’arrive pas à me décider, et c’est une aide précieuse.
    Pour revenir à l’inutilité, en fait c’est pas aussi clair que ça dans mon esprit: j’ai écrit un livre que je veux utile, et j’anime un blog pour les mêmes raisons, je le ressens comme ma mission sur terre; est-ce que je me leurre à vouloir être utile?
    A bientôt ma lumineuse soeur
    Daniel

    • Hello Daniel,
      je suis en accord avec cette phrase de Guy Corneau, car plus on pense être quelqu’un plus on se donne des obligations qui n’ont même pas lieu d’être, tout l’inverse de l’ivresse de la liberté.
      Quand on pense que nous ne devons rien à personne, que ce soit la famille, les amis, le monde entier, nous sommes entièrement libres et pour moi, c’est l’extase dans la vie, cette liberté.

      Ce sont nos peurs qui nous enferment, ces peurs qui font suite à notre éducation règlementée par des tas d’interdictions et de croyances. Une fois libérés de tout ceci, nous nous retrouvons tels que nous sommes et nous pouvons nous épanouir sans restriction.
      Ne surtout pas croire que c’est de l’égoïsme, bien au contraire, car comment donner aux autres si nous ne nous donnons pas à nous-mêmes? Comment faire profiter les autres de notre présence si elle est restrictive et fade?

      En nous donnant à nous-mêmes, en toute simplicité, nous offrons au monde notre rayonnance :)

      Je te souhaite un bel été mon frère de :heart:
      Lysiane

  4. en fait, je te relis, et viens de voir que tu donnes déjà la réponse à ma question: « vous n’êtes pas utile à l’autre, vous êtes juste celui qui éclaire sa propre route et fait profiter de son faisceau lumineux à celui qui est en train de cheminer à vos côtés, au même rythme »
    Voilà qui est clair (éclaire) et magnifiquement écrit!

    • Merci Daniel pour le « magnifiquement écrit », pour moi c’est surtout merveilleusement vécu :D
      Je t’embrasse et t’envoie mes plus doux rayons d’amour et de joie

  5. Bonjour Lysiane,

    L’inutilité est utile… jusqu’à il n’y a pas si longtemps (5 ans quand même lol) je courrai à droite à gauche pour faire tout, prendre tout sur mon dos, faire plaisir, voulant surement exister ! mais aujourd’hui je n’ai plus envie de tout cela, en fait je n’ai envie de rien et ça me plait bien de ne rien faire, j’en ai trop fait et fatiguée je me repose, je souffle et je respire, malgré que j’ai grossi depuis un an comme si j’avais avalé mes kgs de souffrance !
    J’essaie de me retrouver car je me suis perdue, aidée en cela par certaines personnes de bon conseil, toi par exemple…
    Alors je dis que finalement je me sens bien après avoir lu ton article car je suis dans l’inutile, un inutile qui me sert à rebondir pour mieux repartir…
    Bises à tous :-*
    Anne-Marie

    • Bonjour Anne-Marie,
      bien contente de te retrouver ici et surtout que ce site puisse te faire du bien me ravit. :D

      A lire tes propos depuis le début, je me dis, qu’effectivement tu avances sur ton chemin à grands pas, même s’ils te paraissent peut-être lents…
      Ne t’inquiète pas pour les kilos en trop, à mon avis, vu la tournure que prend ton évolution, je parie que d’ici quelques temps ce ne sera plus un souci pour toi.

      On y croit ou pas, mais je te conseille quand même de faire un tour sur ce lien cela t’aidera très certainement à comprendre ce que tu viens d’écrire concernant la fatigue, le besoin de repos, voire même, le ralentissement bénéfique de ton énergie, tu me diras ce que tu en penses (c’est une femme qui est canal et qui reçoit des messages d’en haut :) ).

      A très bientôt pour avoir de tes nouvelles sur ta progression. :heart:
      Je t’embrasse,
      Lysiane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

CommentLuv badge