Se libérer des personnes toxiques

PARTAGEZ

 

toxiques 1

Je remets cet article sur les personnes toxiques en Une de mon blog,  car j’entends et je rencontre beaucoup de personnes dernièrement qui subissent de tels agissements… 

Je vous laisse le découvrir pour les uns et le relire pour les autres.

Parfois dans la vie nous ne comprenons pas pourquoi nos relations sont épuisantes? Pourquoi avec nos proches c’est si difficiles d’avoir une relation saine où on se sent bien?

Pourquoi nous rencontrons les mêmes partenaires et nous subissons toujours le même schéma catastrophique?

Connaissez-vous les relations toxiques?

Savez-vous que ce sont souvent des personnes proches car elles vous connaissent très bien et ainsi elles peuvent vous manipuler émotionnellement car elles sont elles-mêmes en souffrance donc elles transfèrent sur vous?

Lisez l’article ci-dessous et dites-vous que vous n’êtes pas seuls à vivre cela, c’est bien plus fréquent qu’on ne le pense.

De plus, quand ce sont des proches, si vous leurs dites ce que vous ressentez, ils neaccusations vous écoutent pas.
Ils vous accusent en tant que mauvais parent ou mauvais enfant, vous culpabilisent, mais le conseil que je peux vous donner, c’est d’aller jusqu’au bout de votre démarche, de vous libérer et si vous n’êtes pas en osmose avec votre décision bien que vous sachiez que c’est la seule solution car vous devez vous respecter, et que si votre mère ou votre père n’est pas capable de le comprendre, c’est à vous seul de reprendre votre vie en main, et  surtout vous pouvez vous faire aider.

Je vais revenir sur ces aides dans un prochain article, car je l’ai fait moi même avec une personne merveilleuse qui a des outils époustouflants de libération.
J’ai énormément travaillé seule sur mes problématiques à régler, mais in fine, je ne pouvais plus faire autrement que me faire aider, car même si je savais que j’avais pris la bonne solution, il me restait un soupçon de culpabilité par rapport à ce choix, comme indiqué dans le texte ci-dessous.
Cette libération finale m’a non seulement réconciliée avec ma décision mais avec tout ce qui existe bien au-delà de cette décision.

Je suis en Paix totale, j’ai retrouvé ma joie primaire, j’ai dit adieu aux malaises qui arrivaient subrepticement, je me suis retrouvée et je baigne dans le bien-être le plus total.

Tant pis si la personne ne comprend pas, je n’y peux rien, il ne m’appartient pas de penser et vivre à sa place, moi j’ai rempli mon contrat, j’ai fait mon travail, je ne peux endosser celui des autres.

Je vous laisse avec ce texte, je pense qu’il parlera à beaucoup d’entre vous…

Les personnes toxiquesdoigt accusaeur

Y a-t-il une personne toxique dans votre environnement?

Une personne toxique fait du mal, blesse et fait souffrir une autre personne, et ce, en sachant très bien qu’elle le fait.

Elle ne reconnaît jamais ses torts, ni n’éprouve aucun regret des gestes qu’elle pose.

Une personne toxique fait du chantage affectif et est insensible à sa victime.

Pour arriver à ses fins, elle peut mépriser, jalouser, rabaisser, juger, faire du harcèlement ou manipuler de toutes sortes de façon sa victime.

Elle fait en sorte que tranquillement sa victime perde l’estime de soi et devienne son bouche-trou, afin de garder l’emprise sur elle.

La plus grande peur d’une personne toxique est de perdre le pouvoir qu’elle exerce sur sa victime.

Elle ne souhaite aucunement la voir s’épanouir et réussir sa vie.

Alors, elle sabote les efforts que cette dernière fait pour mener une vie heureuse et productive.

On peut avoir une relation toxique avec un parent, un ami, un collègue de travail, un conjoint (conjointe) ou même nos propres enfants.

C’est difficile de croire que ce sont les gens qui vous sont les plus chers, qui abusent de vous.

Le début d’une relation toxique

Une relation toxique a presque toujours comme base une famille dysfonctionnelle qui mène à une dépendance affective.

Pendant votre enfance, on vous a appris qu’il fallait plaire pour être aimé.

Qu’il fallait vous oublier et faire ce que vos parents vous disaient, sans écouter vos propres besoins.

Très vite, vous avez compris en tant qu’enfant que si vous voulez de l’amour, de l’attention ou simplement être vu de vos parents (ou d’un parent), vous devez être à la hauteur de leurs attentes.

Cela devient avec le temps du chantage affectif de la part des parents.

C’est comme s’ils vous disaient, je vais t’aimer, si tu agis ou tu fais ce que je te dis de faire.

Avec le temps, vous grandissez et ce lien de dépendance devient de plus en plus fort et toxique.

Vous quittez le nid familial pour vous marier et vous vous rendez compte après quelques années que la femme ou l’homme que vous avez marié fait exactement le même chantage affectif que votre père ou votre mère.

C’est-à-dire, vous fait croire que pour avoir de l’amour, il vous faut accepter de vous oublier et de vous laisser dénigrer.

Pourquoi je reste dans cette relation

Il y a de fortes chances que si vous restez dans une relation toxique, c’est sans doute que:

Vous avez peur d’être seul 

Peur de vous sentir abandonné. 

Peur de prendre votre place 

Vous manquez d’estime de vous 

Vous vous sentez vulnérable Vous vous sentez coupable Pourquoi est-ce si difficile de sortir d’une relation toxique?

Tout simplement parce que vous êtes dans l’attente.

Vous espérez que peut-être un jour cette personne va vous donner un peu de reconnaissance, de bonheur ou de l’amour.

Exactement comme lorsque vous étiez enfant et que vous attendiez désespérément que papa ou maman vous voit vous reconnaisse et vous aime.

C’est pour cette raison que c’est si dur de sortir d’une relation toxique.

C’est votre enfant intérieur qui est encore en attente.

Pour sortir de ce genre de relation, il faut faire le deuil de vos attentes, de tout ce que vous aurez aimé recevoir de cette personne.

Il faut accepter que jamais vous n’ayez ce que vous attendez de cette personne.

C’est d’accepter aussi que vous ne puissiez jamais changer cette personne.

Lorsque vous étiez enfant, vous aviez besoin de vos parents pour combler vos besoins affectifs.

C’est normal qu’un enfant s’attende à recevoir de l’amour de ces parents.

Mais en tant qu’adulte, il faut prendre conscience que ce n’est pas le rôle de l’autre de combler vos besoins. Vous pouvez les combler par vous même et ainsi, devenir responsable de votre bonheur.

Comment s’en sortir?

Rien ne changera si vous ne faites rien.

Dans ce cas-ci, c’est faux de dire que le temps arrange les choses.

Il faut prendre le temps de vous retrouver.

De retrouver votre identité, votre essence et de vous faire confiance.

Ce n’est pas toujours nécessaire de quitter définitivement la personne toxique, surtout si c’est une personne à laquelle vous tenez vraiment (ex.: un enfant, un parent).

Quelques fois de s’en éloigner quelques semaines ou mois ou même des années, peut être bénéfique.

Le temps de reprendre des forces, de réfléchir et de se retrouver soi-même.

Si plus tard, vous voulez rebâtir quelque chose avec cette personne, vous serez plus en état de le faire.

Si pour vous, la meilleure décision est de couper les ponts définitivement, alors faites-le et sachez que ce n’est pas d’être égoïste que de penser à soi.

Votre entourage (qui n’est pas au courant de ce que vous vivez pour la plupart du temps) vous dira sans doute:

Tu as juste une mère, un fils, etc.

Tu devrais faire des efforts. 

Ces gens-là ne savent pas à quel point vous souffrez en dedans.

La décision de couper les ponts n’est jamais facile.

Mais à partir du moment où vous êtes bien dans votre décision, ce qu’en pensent les autres n’est pas vraiment important.

Sortir d’une relation toxique, ce n’est pas faire du mal à l’autre.

C’est d‘ouvrir les yeux, d’ouvrir son cœur et de s’aimer assez pour ne plus accepter de vivre dans cette relation.

Une personne qui vous aime vraiment vous laissera libre d’être vous-même.

Aimer ce n’est pas SE donner et s’oublier, c’est de donner et partager.

 

Source: www.vivre-harmonie.com/faire-le-deuil-dune-personne-toxique

Print Friendly

Comments

comments

32 réflexions au sujet de « Se libérer des personnes toxiques »

  1. Merci pour cet article, je me rends compte que j’ai de la chance comme je n’ai pas ça dans mon entourage. Cela ne doit pas être très drôle à vivre d’attendre quelque chose de quelqu’un qui ne nous l’apporte jamais !

    On a tous ce dont on a besoin pour nous amener à évoluer donc c’est cool quand on arrive à le voir sous cet angle ;)

    Bonne journée et merci pour tes articles que j’aime bien lire ;)
    Jonathan Articles récents…Comment gérer ses émotions ?My Profile

    • Coucou Jonathan,
      moi je n’attends plus rien de personne, JE SUIS, mais parfois il est dur de devoir prendre la décision de couper le lien, surtout quand ce sont tes parents, car tu sais que c’est la seule solution pour te sentir en paix car l’autre personne ne voudra jamais reconnaître ni comprendre qu’elle transmet sa propre souffrance à autrui en une grande violence verbale et mentale.

      L’éloignement est la meilleure des solutions, c’est déjà difficile quand c’est un ami proche ça l’est encore plus quand c’est une mère ou un enfant.
      C’est en cela qu’il faut se faire aider, pour ne plus culpabiliser et accepter que c’était la seule et unique solution pour les deux.
      Pour cela il y a des aides et ce sera l’objet de mon prochain article.

      Je t’embrasse et à bientôt,
      Lysiane

  2. Bonjour,
    J’ai une mère toxique et j’ai cassé la relation, il y a 10ans pour pouvoir vivre. J’en ai eu assez de vivre dans le chantage affectif, de ne pas pouvoir être indépendante et de enfin, vivre ma vie. Décision qui m’a culpabilisée au début et petit à petit, je me suis libérée. Je peux vivre l’esprit libre.

    • Merci pour ce témoignage Anémone.
      Oui, cela génère de la culpabilité car nous avons été éduqué dans le respect de la famille et nous sentons pris en faute alors que nous sommes en grande souffrance.
      Et puis il y a les jugements des gens extérieurs qui ne connaisssent rien à la situation mais estiment justes de nous faire ressentir cette culpabilité au nom de je ne sais quelle valeur….
      L’important est de savoir que nous avons fait le juste choix, parce qu’il y a des moments où c’est primordial de se protéger, de se libérer, de s’aimer et peu importe si en face c’est un parent, un enfant, un ami, un collègue, etc… c’est en tout cas une personne qui souffre et nous fait violence, nous n’avons pas à subir cela.

      On peut essayer de les aider mais s’ils ne veulent pas l’entendre, nous ne pouvons que nous retirer et les laisser face à leurs choix, il n’y a aucune culpabilité à comprendre qu’ils récoltent ce qu’ils sèment et non pas ce qu’ils s’aiment….

      Bienvenue ici pour cette réponse qui en confortera plus d’un, merci encore.
      Lysiane

  3. Bonjour,
    J’ai une mère toxique et j’ai cassé la relation, il y a 10ans pour pouvoir vivre. J’en ai eu assez de vivre dans le chantage affectif, de ne pas pouvoir être indépendante et de enfin, vivre ma vie. Décision qui m’a culpabilisée au début et petit à petit, je me suis libérée. Je peux vivre l’esprit libre.
    Des Bons Parents Articles récents…Un moyen simple, scientifiquement prouvé comment « Acheter » le Bonheur pour votre familleMy Profile

  4. bonsoir soeurette

    ces relations sont comme tu le dis quand même assez fréquentes, avec un côté pernicieux qui fait que les gens soumis à ces relations, et acteurs également, ne s’en rendent pas souvent compte. Un peu comme l’histoire bien connue de la grenouille qui se laisse cuire sans réagir dans sa casserole :-(

    pour moi, la seule solution est de partir car c’est trop difficile de revenir à une relation saine

    bises lumineuses

    Phil
    phi Articles récents…Écrire le récit de votre futur SUCCÈSMy Profile

    • Hello my bright brother,
      oui c’est plus facile à faire qu’à dire, surtout quand cette personne fait partie de la très proche famille comme un parent ou un enfant.
      Car dans ce cas là, on culpabilise.
      J’ai mis plus de 50 ans à le reconnaître et à couper complètement les liens, pas simple, surtout quand cela vient de la personne qui vous a mis au monde.
      Heureusement la paix vient quand on est prêt à passer le cap et surtout quand on prend pleine conscience de ce qui EST.
      Ce qui n’empêche que c’est, et cela doit rester, un acte d’amour.
      Couper le lien puis envoyer un plein d’amour et de lumière vers cette personne qui est en souffrance tout en se libérant.
      Bonne fin de semaine à toi mon frère.

  5. Bonjour

    C’est un article très intéressant, cela m’as fait réfléchir suite à mes entourage et famille qui ont été toxique mon goût suite à des manipulation et des chantage affectif, à force de lire cela m’a aidé à faire le tri, afin de pouvoir me protéger face à ces genre de personnes,

    Maintentant je me sens libre et indépendant, Car cela m’as rendu confiant en moi même afin d’avoir plus de temps de trouver une relation saine.

  6. Bonjour,

    Votre article fut très instructif. Au vu de vos commentaires, ll me semble vous avez vecu la meme situation que moi. J’ai 22 ans et je vis chez ma mère qui est extremement toxique. En plus elle ne travaille pas ce qui fait que je dois la supporter constamment dés que je franchie le seuil de la porte.

    Jusqu’à present j’ai ressui à tenir bon, à supporter psychologiquement ses attaques permanente, son comportement limite bipolaire, de devoir marché tout le temps sur des oeufs, faire attention à la moindre de mes parole, de devoir crier encore plus fort qu’elle pour qu’elle ne m’écrase pas… mais la j’en suis au bout du rouleau. Resulat je suis constamment angoissée, je ne dors pas la nuit, je sursaute au moindre bruit, je suis devenue renfermée envers les autres…

    Je ne sais meme pas si j’aurais la force de rester chez elle pour finir mes études. Un conseil ?

    • Bonjour Framboise et merci pour votre témoignage.
      malheureusement comme il est dit dans cet article ces personnes sont malades et ne peuvent entendre raison car elles sont déconnectées de la réalité, créant la leur au détriment des autres. Ils ne peuvent en aucun cas reconnaître les dégâts qu’ils font car ils en sont incapables.
      La seule chose que vous puissiez faire c’est de vous protéger en vous éloignant un maximum et en ne culpabilisant surtout pas.
      Si de la famille ou des amis pouvaient vous aider ce serait l’idéal.
      Toujours est-il que nous ne sommes responsables que d’une seule chose sur terre, c’est de nos propres vies et c’est tout. Ce que vivent ou pensent les autres qu’ils soient nos parents ou pas ça leur appartient. S’ils décident de vivre en victimes ou non en responsables c’est un choix qui leur appartient et eux seuls peuvent s’en sortir en travaillant sur leurs propres schémas. Vous ne pouvez pas faire grand chose hormis vous occupez de vous et surtout de pas rentrer dans ce jeu provocateur.
      Je vous souhaite de pouvoir vous en sortir le plus tôt possible afin de pouvoir vous construire tranquillement sans le joug manipulateur qui vous blesse.
      Désolée de ne pouvoir vous dire autre chose, je vous souhaite de pouvoir vous faire aider.
      Bien amicalement,
      Lysiane

    • Bonjour framboise,
      Je vis un peu la meme chose que toi et je voulais prendre de tes nouvelles. Comment t’en sors-tu? Ta relation s’est -elle amelioré?
      mimi

  7. Bonjour
    Après de nombreuses fouilles j’ai trouvé votre article qui est d’ailleurs génial
    Je suis désolée peut être mon paragraphe va être long : je vous explique brièvement
    Je suis née en Inde, depuis petite ma tante était en France, elle s’est occupée de moi comme sa fille en m’envoyant les cadeaux etcc, elle m’a adopté à l’âge de 15 ans aujourd’hui j’ai 25 an. Depuis qu’elle m’a adopté je me sens pas chez moi « elle repète tout le temps « t es chez moi t eschez moi » jusqu’à maintenant je n’arrive pas à l’appeler maman. Elle est stérile, et parfois dit c’est à cause de moi elle ne peut avoir d’enfant par ce quand elle m’ a adopté ses ovaires commençait à pourrir elle les a enlevé je ne sais pas pourquoi elle m’accuse, je ne bois pas fume pas, jusqu’ 2 ans quand je sors je dois demander son autorisation.
    Je vis loin de chez elle maintenant, mais il y’a 4 mois elle organisé un débat pour dire ce que je pense d’elle j’ai dit qu’elle était insupportable et invivable et toxique. Elle l’a mal pris et m’a mis dehors, elle a commencé à se plaindre dans l’entourage comme quoi je lui ai dit ça, disons que ma tante qui est mère adoptive, ne supporte pas quand on la contredit, quand elle sourit tout le monde doit sourire, quand elle est triste pareil. Elle insulte constamment rabaisse, elle me stresse et me fait peur, son caractère imprévisible, toujours à anticiper ses réaction pour que tout se passe le mieux. Elle commence à mettre tout le monde contre moi, je me sens pas bien quand je suis en contact avec elle, je stresse car j’ai l’impression qu’elle prend contrôle de ma vie, elle ne donne pas les conseils mais impose sa volonté, elle s’apitoie sur son sort pour que tout le monde soit de son côté. Mon père est souvent effacé et parfois a peur d’elle.mes autres frère et sœurs majeurs n’osent pas retourner chez elle, elle fait flipper toute la famille ave son caractère. Je sais qu’elle a fait beaucoup de choses bien pour moi, mais je ne supporte pas la façon qu’elle me traite, les insultes etcc elle dit c’est pour mon bien, j’ai décidé de couper les ponts ça fait 4 mois, mais tout le monde me le reproche, certains me disent qu’il faut que je m’excuse envers elle-même si je le pense pas pour éviter qu’elle traine mon nom partout. Mais franchement moi je n’y arrive pas, mais en même temps je me sens comme si c’était moi le souci, je sais qu’elle a souffert dans son enfance, elle ‘a pas pu avoir d’enfant mais je pense qu’u enfant ne devrait pas avoir un sentiment d’être redevable à un parent ? le coup du « j’ai fais ci ça pour toi », ma mère m’impose avec quel type d’homme être, mes amies etcc. Un jour elle m’a mis dehors par ce que je ne parlais pas à table. Et quand je rentrais à la fac elle disait je ne réussirai jamais et puis quand je réussis elle me félicite genre elle est contente. Un jour elle m’ sorti qu’elle m’aime à sa façon. Il y’a 4 mois sans lui parler j’étais super bien, mais là je recommence à culpabiliser à dire c’est moi la méchante qui n’ arrive pas a pardonner à une mère qui a tout fait pour moi. La pression de ma mère biologique me demandant de pardonner sa sœur mais je n’arrive pas, j’ai pas envi de contact avec elle. Mais j’ai peur d’avoir tout le monde dans mon dos.
    Merci à vous

    • Merci infiniment pour ce témoignage qui prouve que ces personnes agissent toutes de la même façon. J’ai reconnu ma mère dans votre description et je me suis reconnue avec ma culpabilité avant que je ne comprenne que je n’y suis pour strictement RIEN.
      Lisez bien cet article jusqu’au bout, ce psy est admirable car il a mis les mots justes : vous seule savez ce que vous avez souffert et souffrez encore et les gens vont faire pression mais ils ne comprennent pas, ne savent pas…. vous seule savez ce que vous endurez et vous seule pouvez décider d’être heureuse ou non.
      Arrêtez de vous culpabiliser, quoi que vous fassiez vous aurez tort à ses yeux car comme vous le dites si justement, ces personnes ne sont que dans LEUR réalité, ils ne voient que par leur prisme et vous écrase pour se faire croire qu’ils existent et sont mieux que tous les autres, ce sont des victimes et non des responsables de leur vie.
      Prenez soin de vous et n’écoutez pas les autres, ne vous culpabilisez pas, au fond de vous vous savez que vous n’avez rien fait de mal et que vous ne méritez aucunement tel traitement, de toute façon quoi que vous disiez ou pensez, il y aura toujours quelqu’un qui vous dira qu’il n’est pas d’accord, ce n’est pas grave, vous seule savez ce qui est bon pour vous.
      Il faut juste que vous puissiez trouver la paix avec votre décision.
      Je vous envoie tout mon amour pour vous donner la force de vivre dorénavant dans la douceur et l’harmonie et non plus dans la souffrance et la culpabilité qui ne vous appartiennent pas mais qu’on vous fait subir.
      Lysiane

  8. Bonsoir à tous,

    J’ai 22 ans, et je me rend compte que ma mère a été toxique avec moi.
    Mon histoire est assez complexe. Elle m’a eus très jeune, à 19 ans. A causes de problèmes financiers, elle est partie (sans nous) dans une ville à 45 mn d’ou l’on était, elle a changé souvent de ville, s’est éloigné de plus en plus. Mais le problème c’est qu’à un moment, les juges pour enfants ont commencé à faire partie de ma vie. Elle ne pouvait plus nous récupéré car jugée trop « fragile ».
    Donc de mes 6 ans à mes 17 ans, je vivais chez le père de mon demi-frère. Moi mon père je ne l’ai jamais connu, il ne m’a pas reconnu, il est parti quand je n’étais qu’un bébé…
    Le problème c’est que ma vie n’a pas été un long fleuve tranquille, étant donné que ce père « adoptif » me maltraiter, m’agresser sexuellement… Et de plus il vivait avec une femme, qui ne cessait jamais de me rabaisser, de m’insulter de « pute », etc etc…
    Ma mère a tout fait pour nous récupéré, mais je ne sais pas pourquoi je ne voulais pas, j’avais peur d’elle.
    Un jour elle a appris, compris ce qui m’arrivait et est redescendu et elle est venu à mon collège afin de faire en sorte que je me confie à elle. J’ai minimiser les faits, mais bien sûr pour une mère de savoir que quelqu’un a demandé à sa fille de le toucher à un endroit intime, l’a mise dans un sale état.

    Elle m’a imposé de porter plainte, j’avais 12 ans, c’est normal. Mais je considérais cet homme comme mon père, je l’appelais « papa », je voulais pas qu’il lui arrive quoi ce soit. Je minimise les faits également devant les gendarmes. Il a avoué ces faits, bien que minimiser. Mais au final le soir même, j’étais encore chez lui.

    Le jour ou j’ai compris (à 17 ans, jour de mon anniversaire) qu’on m’avait fait du mal, je décidais de revenir chez ma mère. Vous pensez peut-être que c’est une bonne fin ?

    Non, car ma ma propre mère, s’en rendre compte m’a fait porter sa propre douleur, donc je vais les énuméré :

    -rentrer complétement bourré, me reveiller en sonnant alors qu’elle a ses clefs, à 3h 4h du matin
    -rentrer droguée, et pareille me réveiller à pas d’heures pour avoir mon soutien psychologiques, parce qu’elle est en bad… Et quand je suis dis que je suis fatigué, elle se met dans un état exagéré. Elle m’a déjà insulté un jour quand elle était bourré « Va te faire enculé! » j’ai même fuguais chez une amie, sauf que l’emprise de ma mère est telle qu’elle m’a téléphoné toute la nuit en me disant  » t’es jalouse de ma relation avec mon copain, tu ne veux pas que je sois heureuse, tu ne veux pas mon bonheur en gros » toute la nuit j’ai du supporter. J’ai quand même du rentrer chez elle, mais je vous dis pas la peur que j’avais … Et la stupéfaction que j’ai eus quand j’ai vu qu’elle avait exploser ma guitare…. J’ai même pas pu lui en vouloir, je voulais que tout ça s’arrête. Désolée pour le pavé, j’espère que vous aurez le courage de lire…
    Aujourd’hui, j’ai pense que j’ai pas besoin d’elle, j’ai pas envie d’écouter ses conseils. Alors que j’étais deja abîmée, elle a finit le travail en me piétinant, en m’accablant, en me culpabilisant… J’ai eus mon premier copain à 19 ans, il était catholique, militaire, son père aussi, et elle le détestait, disait qu’il était raciste (je suis métisse). Il m’a quittait, et je pense que le comportement de ma mère était une des causes de notre rupture. J’ai été très malheureuse, je pleurais beaucoup (elle me disait qu’il fallait pas que je pleure, ça l’énervé) j’ai fermé ma gueule, souffert en silence. j’ai essayé de me suicidé. Je n’ai pas réussi, elle n’a jamais remarqué mon poignet…

    Moi je pensais que ma vie serait plus simple avec ma mère, qui m’aime, que j’aime. Mais malheureusement ça n’a pas été le cas… Elle ne se rend absolument pas compte de ça, j’ai déjà eus l’idée de couper les ponts, d’ailleurs je voyais un psy qui m’a conseiller de couper les ponts avec elle quand j’lui ai expliqué tout ça.

    Il y a tellement de chose que je pourrais encore cité, mais je n’ai pas envie de vous assommer…

    J’ai aucunes confiances en moi, je ne veux pas d’enfants, je ne ferais jamais cette erreur… Qui sait, je suis peut être comme elle…

    Que faire pour vivre?

    • Merci beaucoup Lou pour ce témoignage difficile mais qui, je le sens a du vous faire un peu de bien.
      Quand on relate ainsi sa vie, il y a un besoin fort : celui de pouvoir s’exprimer et d’être entendue.
      Il est des vies difficiles à vivre, comme la vôtre.
      Vous ne pouvez pas changer ce qui s’est passé, mais vous pouvez changer votre regard dessus.
      Effectivement, certaines personnes sont en très grandes souffrances et parfois, soit elles ne s’en aperçoivent pas ou bien elles ne veulent pas travailler sur elles et les causes de ces souffrances et de ce fait, elles les font subir aux autres, pour se prouver qu’elles existent, qu’elles ont un certain pouvoir, qu’elles ont une certaine forme de reconnaissance.
      Vous êtes victimes de telles personnes qui souffrent plus que de mesure et ne supportent pas que vous puissiez être bien.
      Pour votre meilleur être, sinon bien-être ensuite, il est conseillé de pouvoir vous retrouver vous-même et non plus à travers l’image que l’autre projette de vous.
      Pour cela, il serait effectivement bon de vous décoller de cette situation, de vous en éloigner.
      Vous ne pourrez jamais vous reconstruire tant que vous ne serez pas isolée afin de pouvoir lire plus clairement en vous et vous libérer de ces traumatismes vécus.
      Car c’est possible, mais pour cela il faut pouvoir changer son regard sur soi afin de comprendre ensuite le regard de l’autre.
      Aujourd’hui vous reflétez l’image que les autres vous ont donné de vous, mais cela leur appartient, ce n’est pas votre propriété et encore moins qui vous êtes réellement.
      C’est pourquoi vous n’avez plus confiance en vous car vous vous êtes perdue dans leur regard.
      Le mieux pour vous, serait de pouvoir vous éloigner de ces personnes et ensuite de pouvoir faire un travail sur vous-même et ce que vous avez vécu, pour pouvoir comprendre qui vous êtes, comment vous agissez et pourquoi?
      Quand les choses s’éclairciront, vous ne retomberez plus dans certains schémas qui vous rabaissent et vous comprendrez plus facilement ce qui appartient à l’autre et ce qui vous appartient.
      Vous verrez plus clairement les souffrances que l’autre possèdent et dont il veut se débarrasser en vous les faisant porter.
      Avec un regard clair, vous serez plus à même d’agir et non plus de subir.
      Pour l’instant vous ne savez plus comment faire, car vous ne savez plus qui vous êtes, vous vous êtes perdue.
      Si vous voulez aller plus loin, je donne des consultations par téléphone ou visuelles.
      Je vous souhaite de pouvoir vous ressourcer au plus vite.
      Je vous envoie toute mon empathie.
      Lysiane

  9. C’est un article pour donner bonne conscience à ceux qui veulent se débarrasser de leurs parents ou de leurs enfants !On leur attribue la responsabilité de tout ce qui ne va pas et on les envoie dans le désert de l’oubli comme le fameux bouc ( émissaire) .
    Très chrétien comme comportement, vraiment!
    C’est bien pratique de projeter sa propre toxicité sur l’autre….je vous suggère de réécouter la chanson de Marie Laforet : »Cadeau ».

    • Effectivement Cassandre,
      vous avez raison, il vaut mieux rester avec des parents qui nous battent et nous violent et succomber de douleur en leur chantant cadeau c’est bien plus chrétien que se donner de l’amour et s’isoler pour mieux se re-construire avec notre histoire.
      Il est facile de critiquer lorsqu’on n’a pas subi, c’est aussi très simple de rester des victimes plutôt que de se responsabiliser et oser faire le pas salvateur surtout quand il s’agit de notre famille, moi je dis bravo à ceux qui osent le faire et s’en sortir pour pouvoir s’offrir tout l’amour qu’ils méritent et ainsi pouvoir en donner aux autres car charité bien ordonnée commence par soi-même et comment pouvons-nous aimer si nous même n’avons pas notre réservoir rempli.

      Plutôt que juger, soyez dans la compassion de ceux qui souffrent je vous assure que ce n’est pas rien cet article.
      Je vous souhaite de continuer de chanter et d’être heureuse Cassandre au nom de tous ceux qui ne peuvent pas le faire.
      Lysiane

  10. L’article ne parle pas de parents qui battent et violent, car dans ce cas ce ne seraient pas des parents « toxiques » mais des parents criminels!
    Quand à mon enfance et à ce que j’ai pu subir, vous n’en savez rien !
    cassandre Articles récents…Séances pour juilletMy Profile

    • Non je n’en sais rien de votre enfance, mais vous ne savez pas non plus ce qu’endurent ces enfants ou ces parents qui subissent et j’affirme que ça peut aller très loin … et si pour vous il faut arriver aux sévices corporels que vous classifier dans une certaine catégorie je peux vous dire que la torture morale est parfois pire que la torture physique, ça détruit encore plus et c’est pernicieux …
      je n’irai pas plus loin dans ce débat car comme il est écrit dans l’article de ce psy, il n’y a que les personnes qui savent ce qu’elles subissent et les autres, qui se disent bien intentionnés, leur rajouteront de la culpabilité qui les empêcheront de se libérer… en vous lisant ça me semble effectivement une évidence ! :)

      je maintiens que cet article peut être salvateur, il n’y a qu’à voir tous les témoignages que j’ai reçu.

      Bien à vous.
      Lysiane

  11. J’ai 20 ans et il en a 21
    je vais surtout parler de lui
    nous sommes fiancés
    sa mere, tres pratiquante, fait tout pour nous séparer, prete a manipuler le monde entier pour garder son fils pres d’elle
    elle veut qu’il soit médecin et pratiquant, qu’il soit (comme elle) homophobe et raciste, qu’il la rejoigne dans sa bulle
    elle a réussi avec son grand fere
    elle est millionnaire, elle offre tout a son grand frere
    mon fiancé et moi vivions ensemble mais nous n’étions pas indépendants
    elle a profité de la situation avec de magnifiques promesses en l’air
    il vit chez elle pour une ultime année d’études, il doit se plier a madame pour espérer qu’elle paye le train pour qu’on se voit
    elle lui a dit maintes fois « je te le paye pas, elle est pas riche, quitte la »
    elle lui fais récurrer chaque recoin de la maison alors qu’il doit étudier
    je m’estime tres chanceuse d’avoir pu le voir cette année
    elle a déja reussi a me mettre ma famille entiere a dos sans réel motif
    elle est sourde oreille

    Que lui dire pour qu’il tienne le coup une derniere année avant l’indépendance ? il n’est pas concerné par la culpabilité dont parle cet article et consulte régulierement un psy, j’aimerai l’encourager moi aussi de mon coté

    j’ai le sentiment que les personnes vivant ou ayant vecu un toxique sont étonnament intelligentes et réfléchies

  12. Cet article résume exactement la situation que nous vivons actuellement .
    Beaucoup parlent d’enfants qui coupent les ponts avec leur parents , mais l’inverse existe aussi .
    Bien que cela soit la peine dans l’âme mais il arrive un moment ou pour le bien être de ses enfants et pour le sien , les parents doivent franchir ce pas et faire la coupure que l’enfant ne peut ou ne veut franchir lui même
    Nous avons vécu pendant 10 ans en conflit avec 1 de mes fils et sa femme.
    10 années a subir les pics au début mis sous forme de plaisanterie pour au fils des années être directs , les embrouilles avec frères au point de ne plus avoir de vie familiale (anniversaire, fêtes etc ) être obligés de se partager entre eux et le reste de mes enfants , nous avons passé outre pour nos petits enfants et garder un semblant de sociale .
    Mais cette relation est devenue insupportable, un état de stress avant les invitations, pendant les repas de même aucun dialogue avec notre belle-fille
    Rien de ce que l’on pouvait dire ou faire était bien !!! Situation qui a joué sur notre état de santé
    Nous nous sommes remis en question et consulté nos autres enfants a savoir si eux avaient des reproches a nous faire Leur réponse nous a réconforté aucun reproche , nous ne sommes pas des parents envahissants, sommes présents sans aucunes différences entre nos enfants quand ils ont besoin, avec bien entendu nos défauts aussi Personne n’est parfait !!!!!!!
    Jusqu’a aujourd’hui suite a un énième conflit après avoir été sans nouvelles pendant plusieurs mois notre fils reprend contact comme si de rien était pour une invitation pour l’anniversaire de notre petit-fils.
    Nous avons dit STOP , il faut remettre les choses dans l’ordre avec une bonne explication.
    Explication qui a fini par une coupure de notre part car cette relation est toxique, elle est fausse et n’abouti a rien .Ce n’est pas pour autant que n’aimons pas notre fils ni nos petits-enfants mais si c’est pour se détruire cela ne sert a rien.

    Désolée pour la longueur de mon commentaire, mais c’est un minimum pour comprendre notre point de vue ,il arrive un âge ou on aspire a vivre dans un tout autre contexte que des conflits perpétuels

  13. Bonjour, enfin je mais le doigt sur le bobo. Je vis avec mon conjoint qui a un garçon TOXIDE comme sa mère( personnalité multiple et j’en passe). Malheureusement, il as hérité les germes de sa mère. Depuis 6ans que j’en dure ce personnage malsain et depuis bientôt trois ans que je suis sur médication(dépression). As oui il a 13ans et depuis que je connais il est comme ça. Il m’a sauté deux fois dessus il est suivis avec une travailleuse scocial depuis 5ans. On a la garde depuis trois ans pour lui donné une qualité de vie( meilleur de ce que sa mère lui a transmis) Mais, rien à faire je me suis battue avec des RV et personne ne pouvais me dire le diagnostic et voilà que je tombe sur votre article. SVP QUOI FAIRE je l’ignore et il vient me cherché pareil. Moi et mon conjoint nous nous aimons et ont refuse qu’il nous sépare. Car il le dit à tout tête qu’il me desteste et qu’il m’hais la face….QUOI FAIRE Merci

    • Bonjour Carole et merci pour votre courage de témoigner ici.
      Comme vous avez pu le lire, en fait nous parlons de personnes toxiques car nous subissons beaucoup de par leur comportement mais ce qu’il faut savoir c’est que ce sont avant tout des personnes en très grande souffrance qui n’ont pas les moyens de reconnaître leurs responsabilités car ils sont enfermés dans des schémas de survie par rapport à leur état émotionnel.
      En gros, pour pouvoir attirer l’attention et donc l’amour, ils poussent l’autre à l’extrême afin de se prouver qu’ils existent.
      Ces personnes ne peuvent s’en sortir que si elles sont accompagnées.
      Pour cela il faut qu’elles le veuillent, pour un enfant ce sera forcément sous l’autorité des parents, mais pour bien faire il faudrait une thérapie familiale.
      Rechercher plutôt une personne qui fait de la thérapie familiale, ainsi il se sentira entouré et verra que ce n’est pas forcément que lui qui a problème, mais que c’est une histoire d’amour entre toutes les personnes qui l’entourent familialement et qui ne souhaitent que l’harmonie (je parle de lui, de son papa et de vous bien sur puisque c’est vous qui en avait la garde).
      Après, sa maman c’est son histoire et seulement elle, doit travailler sur elle-même.
      Tenez moi au courant.
      Avec bienveillance,
      Lysiane

  14. Bjr

    Je vit la meme situation avec le pere de mes enfants.. depuis 8 ans j ai du subir et surmonter enorment d arcelement d insultes d etre rabaisser et ne pas etre du tout respecter… j ai essayer de nombreuses fois de le quitter il est parti mais qd il revenais je l ai tj repris et moi mm je ne sais pas pk.. il es certain que j ete malheureuse je n ai plus de vie je suis devenu trister froide et fermer…. je me suis tj dit quil allait changer que c etait pas possible quil me traite ainsi alors j ai tj penser que c etait ma faute et il me faisait comprendre ca aussi… aujourd hui je suis separer depuis peu suite a une dispute qui a degenerė je lui ai demander de partir sauf que pour m atteindre il se sert de mes enfants… alors comment echapper reelement a ce genre de personne car nous sommes lies a jms par les enfants… ??! J ai pardonner tant de choses inacceptable j avoue aujourd hui ne plus savoir comment m en sortir..

    • Bonjour Sirène de la mer.
      Bien sur que ce n’est pas évident car nous avons affaire à des personnes en grande souffrance qui n’ont pas les moyens de comprendre qu’ils doivent travailler sur eux-mêmes.
      La seule solution pour les personnes qui les subissent est de s’en éloigner, ainsi, à force de créer le vide, peut-être réagiront-ils en prenant conscience du besoin de faire ce travail.
      En ce qui concerne les enfants il y a des solutions comme, par exemple, un médiateur familial. Toutes les mairies offrent des rendez-vous gratuits au mois pour consulter et se faire aider.
      Lorsque le dossier de médiation est accepté, vous pourrez voir vos enfants ensemble pour pouvoir échanger sans que cela dégénère puisque vous serez dans une structure neutre avec une personne externe au problème qui orientera si nécessaire.
      Je vous souhaite beaucoup de courage et surtout faites attention à vous car nous ne sommes responsables que de nous-mêmes.
      Vos enfants grandiront et les choses pourront prendre un autre aspect.
      Je vous envoie toute ma sympathie.
      Lysiane

  15. Bonjour, je suis journaliste pour l’émission de Frédéric Lopez  » mille et une vies » diffusée sur france 2. Je prépare une émission sur les relations toxiques mère/enfant , je souhaite inviter des personnes qui acceptent de témoigner. Pouvez-vous m’aider dans cette recherche? Pour plus d’informations n’hésitez pas à m’appelerau 01 53 84 30 98 ou bien par mail à louise.horellou@reservoir-prod.fr
    Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous souhaite une belle journée. Cordialement

  16. Nous sommes face a cette situation aussi – seulement a plus grande echelle. Pour resumer. Mon mari et moi sommes ensemble depuis 4 ans et maries depuis 1 an.

    Il vient d’une famille de femmes (une mere et deux soeurs). Il n’y a pas un seul couple marie ni dans la famille proche, ni etendue. Les « femmes » de sa famille ont une influence forte sur mon mari et ne veulent que lui. Pour eux, le fait que j’existe c’est dans son « autre » vie, elles ne voulaient pas me voir, me connaitre, ou nous voir ensemble. Des exemples « tu vois ta femme toute l’annee, la c’est notre tour » (mere et soeur), « pourquoi tu irais dans ta belle-famille », c’est nous ta famille » (mere et soeur), « tu as perdu ta bague, je me demande ce que c’est comme signe » (mere), « si je viens chez vous, tu prends des conges et on s’en va juste toi et moi? » (soeur), « quoi vous allez en Grece 5 jours ? et 4 jours avec moi, ah oui je vois tes priorites ».
    Lorsque nous etions la-bas, mon mari etait une autre personne, il passait toutes les choses heureuses de sa vie sous silence et deguisait les projets heureux en projets pourris … parce que sinon elles sont jalouses et envieuses me dit-il. Et je ne comprenais pas. Pourquoi une famille ne se rejouirait elle pas de ton bonheur.

    Mais ca ne s’arrete pas la, a la suite du mariage nous avons eu une grande dispute et mon mari a dit a sa famille que je pensais que tout ca n’etait pas tres sain. Et la c’est l’enfer. Mere, soeur et amis s’emploient a retourner la situation pour me faire passer, moi, pour la personne possessive dans l’histoire. Ils lui montent la tete et elles m’envoient des lettres d’insultes. Dans ces lettres, des phrases entre guillemets de notre intimite et sorties de leur contexte avec leurs jugements/opinion, des accusations, des jugements. Par example « c’est ainsi que les sectes manipulent leurs proies pour les couper de leur famille d’origine », « tu es moi, moi, moi », « tu veux que nous soyons comme ta famille (=heureux du bonheur de leurs proches), quelle arrogance », « tu aimes le grandiose on a ete servis », « tu n’as plus droit a ton intimite, tu fais de la maltraitance morale a ton mari »… et de lui dire derriere mon dos « eloignes toi de la manipulatrice, reviens nous ».

    Au telephone, elles essayaient de convaincre mon mari que c’est moi qui voulait les couper d’elles (vs elles qui etaient possessives et non inclusives), que je limitais ses libertes et que j’etais instable psychologiquement. Du travail de sappe.

    J’ai vu plusieurs therapeutes, leur diagnostique etait « troubles de l’ajustement » (symptomes depressif a la suite d’un evenement violent/choc/trauma). J’ai egalement vu un psychiatre et plusieurs urgentistes. Tous s’accordent. Je n’ai aucun antecedants ou terrain depressifs. C’etait un traumatisme.

    11 mois plus tard. Mon mari leur demande de prendre leurs responsabilites, d’assumer de m’avoir insultee, calomniee et d’avoir tente de le faire douter de moi et nous et de s’excuser. Nous etions tellement naifs, nous pensions qu’elles le feraient pour la paix, pour le vivre ensemble. Et personnellement, je ne pouvais imaginer que quelqu’un a qui on dit « quelqu’un souffre de tes actions » puisse ne pas avoir de compassion ou ne pas vouloir y faire quelque chose.

    Leur reponse etait violente ! Elles lui demandent de choisir entre elles et moi. L’ultimatum ? Il faut que tu avoues que c’est ta femme qui etait depressive chronique, que nous n’avons joue aucun role elle aurait deprime avec ou sans nos lettres et interventions, que nous avons juste dit ce que nous pensions. Il faut que tu admettes que tu n’es pas et n’a jamais ete heureux avec elle. Si tu n’admets pas ca, alors on ne veut plus te parler.

    Avant de rencontrer ces personnes, je ne savais pas que de telles reflexions etaient possible. Je pensais vivre dans un monde de bisounours ou tout le monde veut le bien des gens autour de toi et ou tout le monde veut s’ameliorer.

    Cela me fait penser a cette analogie. Quelqu’un te casse la jambe, tu cries. Et il te blame parce que tu es quelqu’un qui crie beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

CommentLuv badge